Greta Thunberg

Greta Thunberg (née le 03 janvier 2003) est une activiste suédoise qui se bat pour le climat.

Durant l’année scolaire 2018-2019, Greta fait la grève de l’école tous les vendredis. En manifestant devant le Parlement de Stockholm avec son fameux panneau « Skolstrejk för klimatet », elle attire l’attention. Elle se fait notamment remarquer par Arnold Schwarzenegger, dirigeant de l’OGN environnementaliste R20, qui l’invite à participer à la COP 24 en décembre 2018 en Pologne. Greta y fait alors un discours très poignant.

Comment Greta en est-elle arrivée là ?

Greta raconte qu’elle a d’abord, en mai 2018, été lauréate d’un concours d’écriture d’articles sur l’environnement pour le compte d’un journal suédois (Svenska Dagbladet), avant d’être contactée par un groupe d’activistes, Fossil Free Dalsland. Au cours de plusieurs réunions téléphoniques, ils échangent idées et propositions pour attirer l’attention du grand public sur la crise climatique. L’idée d’une grève de l’école, comme le firent les élèves de Parkland aux USA après la fusillade de février 2018, est alors évoquée, mais vite écartée car jugée peu efficace. Pourtant, Greta y croit. Elle coupe alors les ponts avec Fossil Free Dalsland et se lance toute seule, avec son panneau, le 20 août 2018.

Depuis, elle agit en son nom propre, sans aucun lien avec une organisation quelconque, sans financements ni pressions extérieures. Ses parents, intialement peu concernés par la cause climatique, la soutiennent dans son combat même s’ils ne sont pas favorables à cette grève. Greta a déjà publié plusieurs livres dont dans lequel elle et sa soeur Beata expliquent comment elles ont modifié la perception du monde de leurs parents en matière environnementale. Les profits de ces livres sont entièrement reversés à huit associations oeuvrant pour l’environnement, les enfants malades et les droits des animaux.

Greta, différente ?

Greta est atteinte du syndrome d’Asperger, une forme d’autisme. Loin de l’handicaper, elle dit elle-même que « ce n’est pas une maladie mais un cadeau ». Et d’expliquer que si elle avait été « normale » et sociable, elle n’aurait certainement pas choisi de manifester toute seule. Elle aurait certainement rejoint un groupe où elle aurait peut-être eu moins de poids qu’aujourd’hui, qui sait ? Elle souffre également de mutisme sélectif, ce qui signifie qu’elle ne prend la parole que lorsqu’elle le juge nécessaire. Au nombre de ses prises de parole en public malgré son handicap, nous ne pouvons que constater l’urgence qui la motive…

Même si Greta écrit ses discours toute seule, il lui arrive de se faire conseiller par des spécialistes. En effet, elle a bien compris que ses paroles seraient jugées et remises en cause par les climato-sceptiques et les capitalistes et elle ne veut donner que des données factuelles et justes. A 17 ans, son anglais est parfait, résultat de l’éducation suédoise. Mais ça, c’est un autre sujet !

La voix de l’espoir

Ses discours sont puissants, bouleversants et criants de vérité. Comme ce discours « The disarming case to act right now on climate change » que je vous invite à écouter. Sous-titres en français disponibles.

Et pour ceux qui le désirent, voici un florilège de ses interventions :

« Si les émissions de gaz à effet de serre doivent s’arrêter, alors nous devons les arrêter. Pour moi, c’est blanc ou noir. Il n’y a pas de niveaux de gris lorsqu’il s’agit de survie. »

« En 2078, je célèbrerai mon 75e anniversaire. Peut-être que mes enfants et petits-enfants me demanderont ce jour-là pourquoi vous n’avez rien fait alors qu’il était encore temps d’agir. »

« Ce que nous faisons ou non aujourd’hui affectera ma vie entière et les vies de mes enfants et petits-enfants. Ce que nous faisons ou non aujourd’hui, ma génération et moi ne pourrons pas le défaire dans le futur ».

« Certaines personnes disent qu’au lieu de faire la grève de l’école, je devrais étudier et devenir climatologue pour « résoudre la crise climatique ». Mais la crise climatique est déjà résolue. Nous connaissons déjà tous les faits et les solutions. Tout ce que nous avons à faire, c’est nous réveiller et changer ».

« Plus que d’espoir, nous avons besoin d’action. Une fois que nous aurons commencé à agir, l’espoir suivra. »

« Nous ne pouvons résoudre une crise sans la traiter comme telle. »

« Nous ne pouvons sauver le monde en suivant les règles car les règles doivent être changées. Tout doit changer et cela doit commencer aujourd’hui. »

« Le vrai pouvoir appartient au peuple. »

 

Voilà-même ce qu’elle ose dire aux dirigeants du monde entier : « Vous parlez de poursuivre les mauvaises idées qui nous ont mis dans cette situation, alors que la seule réaction logique est de tirer le frein à main. Vous n’êtes pas assez mâtures pour dire les choses comme elles sont. Même ce fardeau, vous le laissez à nous, les enfants. » « Vous dites que vous aimez vos enfants par-dessus tout et pourtant, vous volez leur futur sous leurs yeux. » (COP 24) ou encore son fameux « How dare you ? » (« Comment osez-vous ?« ) asséné à tous les chefs d’Etat réunis lors de la Conférence des Nations Unies en 2019.

En mars 2019, Greta a reçu un « prix spécial pour la protection du climat » lors de la cérémonie de La Caméra d’Or en Allemagne pour son engagement en faveur du climat (retrouvez son discours ici). En juin 2019, elle reçoit le prix Liberté décernée par de jeunes français en Région Normandie. Elle sera même en lice pour le Prix Nobel de la Paix 2019, qu’elle ne remportera finalement pas. En septembre 2019, alors qu’elle est invitée à intervenir à la conférence des Nations Unies à New-York, Greta, fidèle à son engagement de ne plus prendre l’avion pour des raisons climatiques, se rend dans la « Grosse pomme » en voilier. Ayant décidé de stopper ses études pendant une année afin de se consacrer à son combat, Greta entame alors un tour de l’Amérique du Nord et du Sud, pensant assister à la COP 25 au Chili. Finalement, les évènements politiques que subit le pays contraignent les organisateurs à reprogrammer la COP 25 en décembre 2019 à Madrid ! Après un appel sur les réseaux sociaux, Greta trouvera finalement des skippers volontaires pour la ramener en Europe en catamaran. Ouf !

Après avoir enchaîné les plateaux TV et les Unes des plus grands journaux et magazines (jusqu’à être élue Femme de l’année par l’Express suédois, Greta se voit consacrer en décembre 2019 un reportage par la chaîne d’information française BFMTV.

Merci Greta

Peut-être Greta est-elle le détonateur qui nous manquait pour finir d’éveiller nos consciences et nous faire réaliser l’urgence du moment ? Je l’espère. Non, en fait, je ne l’espère pas. Car comme elle le dit si bien, la crise climatique ne peut plus se suffire d’espoir. L’action et la diffusion des informations sont les seules armes valables. Alors, pour pouvoir regarder nos enfants dans les yeux et leur dire que nous avons fait tout ce que nous pouvions, battons-nous tant qu’il est temps. Et pour ne pas laisser Greta et les autres jeunes consciences qui se lèvent actuellement porter seules ce fardeau.

En mal d’idées concrètes ? Le site Ca commence par moi peut peut-être vous inspirer ?

 

Petit lexique suédois :

skolstrejk för klimatet= grève de l’école pour le climat
klimatförändringar = changement climatique
hållbar utveckling = développement durable
framtiden = le futur
hoppas = espérer
akt = agir
nu = maintenant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *