Fersen, l’amour caché de Marie-Antoinette

Marie-Antoinette, épouse de Louis XVI, a entretenu une relation sentimentale avec le comte Suédois Axel de Fersen. Alors qu’on a longtemps douté de la nature réelle de leur relation, une analyse récente de leur correspondance secrète a enfin fait la lumière sur leurs sentiments partagés.

Qui est Axel de Fersen ?

Marie-Antoinette et le comte Fersen

Le comte Axel de Fersen est né à Stockholm en 1755 dans une des plus riches et puissantes familles de Suède sous Gustave III.

Grand, musclé, les yeux sombres, orgueilleux et mystérieux, il part rapidement chercher son destin en France.

La rencontre entre Marie-Antoinette et le comte Fersen

Marie-AntoinetteMarie-Antoinette et le comte Fersen

Sans le savoir, c’est lors d’un bal costumé donné à Paris en 1774 qu’il rencontre pour la première fois la jeune dauphine Marie-Antoinette, pas encore Reine de France.

Le coup de foudre réciproque se confirmera lors de leur seconde rencontre à la Cour quatre ans plus tard. Marie-Antoinette et le comte Fersen étaient alors tous les deux âgés de 23 ans.

Fersen, amant de Marie-Antoinette ?

Démarrera alors une histoire d’amour de 20 ans. Si elle fut vraisemblablement platonique au départ, faite de promenades bucoliques et de confidences dans les grottes artificielles autour du Petit Trianon, il paraît fort plausible que le comte Fersen fut l’amant de Marie-Antoinette, alors devenue Reine de France. Il est d’ailleurs maintenant admis qu’il possédait son propre appartement caché au Petit Trianon.

Marie-Antoinette et le comte Fersen

Marie-Antoinette aurait trouvé en lui une épaule bienveillante sur laquelle compter. L’histoire lui donna d’ailleurs raison car le comte Fersen fut d’une fidélité absolue jusqu’à la fin tragique de la Reine.

En pleine Révolution, à la demande de Louis XVI, c’est même lui qui organisa et finança en partie la fuite de la famille royale hors de Paris. Après l’échec de cette expédition stoppée à Varennes, il n’aura de cesse d’essayer d’organiser d’autres fuites et de mobiliser les têtes couronnées d’Europe afin de sauver sa Reine. Sans succès.

La correspondance secrète entre Marie-Antoinette et Fersen

Après l’exécution de Marie-Antoinette en 1793, Axel de Fersen écrivit ces lignes “J’ai perdu tout ce que j’avais au monde. Elle que j’aimais tant, pour qui j’aurais donné mille fois ma vie n’existe plus.” Nostalgique, il dépêcha alors des agents à Paris afin de récupérer des objets ayant appartenu à sa bien-aimée, qu’il exposa ensuite dans son château suédois de Lövstad.

Si on s’est longtemps demandé quelle était la nature exacte de la relation liant Marie-Antoinette à Fersen, de récentes découvertes scientifiques ont permis de percer le secret de plusieurs lettres échangées entre Marie-Antoinette et Axel de Fersen entre juin 1791 et août 1792 alors que la Reine était retenue prisonnière aux Tuileries. En effet, plusieurs passages de cette correspondance avait été raturés, probablement par Fersen lui-même afin de ne pas compromettre la Reine. Un procédé innovant de spectroscopie de fluorescence des rayons X a permis de mettre au jour les passages caviardés.

Alors que Fersen y écrit «Adieu, je vous aime à la folie»«ma tendre amie» ou «Adieu ma bonne amie, jamais je ne cesserai de vous adorer.“, Marie-Antoinette lui répond “Je vais finir non pas sans vous dire mon cher et bien tendre ami, que je vous aime à la folie et que jamais, jamais, je ne peux être un moment sans vous adorer.”

La fin de Fersen

Marie-Antoinette et le comte Fersen

Le pauvre comte Fersen mourut le 20 juin 1810, soit 19 ans jour pour jour après la fuite jusqu’à Varennes.

Accusé à tort d’avoir empoisonné l’héritier du trône de Suède, il fut lapidé par la foule de Stockholm, désireuse d’en finir avec les représentant de l’Ancien Régime. Sa mémoire fut réhabilitée quelques mois plus tard lors de funérailles officielles en l’église royale de Riddarholmen.

Vous avez aimé cet article et souhaitez en savoir plus sur tout ce qui touche à la culture suédoise ? N’hésitez pas à vous abonner à mon blog ou à me suivre sur Facebook ou Twitter !

2 thoughts on “Fersen, l’amour caché de Marie-Antoinette

  • 23 octobre 2020 at 9 h 52 min
    Permalink

    Quels destins tragiques pour ces deux amoureux !
    Merci Catherine pour cette histoire d’amour que je ne connaissais pas, qui réunit la France et la Suède.
    Des bises aux p’tits Lu et au joli toutou dont j’ai oublié le nom !!

    Reply
    • 23 octobre 2020 at 10 h 04 min
      Permalink

      Merci Marie-Christine.
      Le petit toutou s’appelle Räven.
      Un nom suédois qui signifie “renard”!
      Bien à vous.
      Catherine – L’élan blanc

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *